Un jour, le SMS remplacera la CB

Publié le 09/11/20

En 2014, 6 000 milliards de SMS s’étaient échangés sur toute la planète. En 2016, “seulement” 3 000 milliards. Depuis, la chute n’a fait que s’accentuer. Si le MMS (la version multimédia du SMS) résiste assez bien, le texto semble désormais dépassé par les réseaux sociaux, qui intègrent de plus en plus la possibilité d’échanger en messagerie privée. Il n’a cependant pas dit son dernier mot…

Le SMS, nouveau moyen de paiement ?

Pas vraiment. Nous sommes en effet déjà habitués à envoyer un SMS pour faire un don auprès d’une association, apporter son vote à une émission de télé ou même participer à un jeu. La somme est alors prélevée directement sur la facture de notre opérateur mobile. Un geste simple qui s’invite désormais aussi dans le parcours client. En 2011 déjà, COCA-COLA avait déployé des centaines de distributeurs de boissons cashless qui fonctionnaient grâce aux SMS. Ils permettaient notamment de se passer de toute la logistique inhérente à la récupération et au transport d’argent liquide. Une technologie sans contact qui séduit d’autant plus en ces temps de pandémie mondiale.

Paiement par SMS : tout le monde s’y met !

Pour éviter aux usagers de son réseau de bus d’avoir à se rendre à un guichet ou à un distributeur pour obtenir un ticket, la régie des transports parisiens, la RATP, a ainsi mis en place pendant la pandémie de la COVID 19, un système d’achat de titre de transport par SMS. Pour en profiter, il suffit d’envoyer BUS avec le numéro de la ligne concernée à un numéro de téléphone pour recevoir directement sur son portable le précieux sésame. Comme à chaque fois, l’achat est débité automatiquement sur la facture téléphonique. Autre exemple en date: ETAM. Depuis mai dernier, il est en effet possible de régler ses achats en boutique simplement par SMS en s’adressant à un conseiller.

1 sms = un ticket de bus

Paiement par SMS : une pratique qui n’a que des avantages

Pour le consommateur : pas besoin de cash, de cartes, de codes ou d’identifiants et pas de risque de se faire pirater son compte. Pour le retailer : le paiement est non seulement pratique et sécurisé, mais il est en plus l’occasion de nouer un lien supplémentaire avec son client grâce à ses coordonnées téléphoniques. Parfait pour pousser par exemple des informations ou un abonnement à la newsletter.

Ces dernières années, le paiement ne cesse de se réinventer. De l’empreinte digitale à l’iris en passant par le système veineux, les nouvelles formes de règlement ou de passage en caisse se veulent plus faciles, plus sécurisées et surtout moins irritantes. Dans ce contexte, le SMS a résolument une carte à jouer et peut-être même une revanche à prendre sur les réseaux sociaux, qui s’intéressent eux aussi de près au paiement. Contrairement à ces derniers, le SMS ne nécessite aucune inscription et son application est d’office installée sur tous les smartphones !

L’essentiel

Ça baisse. S’il est vrai que le nombre de SMS échangés sur la planète tend à diminuer au profit des messageries privées des réseaux sociaux, comme FACEBOOK ou WHATSAPP, ils pourraient bien revenir en grâce dans nos habitudes par le biais du paiement.

 

Crédit photo : iStock, Coca-Cola, RATP