Un jour, payer au doigt et à l’œil sera naturel !

Publié le 22/07/19

18 milliards. C’est le nombre de transactions biométriques qui devraient être effectuées dans le monde en 2021. Les technologies sont au point et les consommateurs sont en majeure partie pour.

Petit tour d’horizon sur les dernières avancées et expérimentations.

Souriez…c’est payé !

Caixa, la première banque de détail espagnole vient d’inaugurer cette année de tout nouveaux distributeurs automatiques de billets dans quatre de ses agences barcelonaises. Le retrait d’argent peut désormais se faire simplement par reconnaissance faciale.


Et si on disait “adiòs” au code PIN ?

La technologie n’est pas nouvelle – déverrouiller son téléphone portable d’un simple regard est déjà bien présent chez les habitudes de certains – mais Caixa peut se targuer d’être la première institution financière à proposer ce type de service.

Déjà présent dans 20 terminaux, la banque ibérique souhaite déployer le système plus largement au cours de ce second semestre.


Mais comment ça marche ?

Pour utiliser le service, il faut au préalable s’enregistrer. Cette étape se fait en quelques minutes en agence via une tablette et un conseiller.

L’identification au moment du retrait est ensuite assurée par un logiciel capable d’identifier jusqu’à 16 000 points sur l’image du visage.

A noter que pour fonctionner, le client, au moment du retrait, doit, en plus de son visage, présenter soit sa carte, son smartphone ou sa montre connectée.


Well.com, le e-wallet made in Oney.

Depuis fin 2018, les clients de trois des magasins français Auchan de Bucarest en Roumanie testent le paiement de leurs courses en à peine 2 secondes.

Comment ? Tout simplement en apposant leur doigt sur un lecteur biométrique.

La formule plaît puisqu’elle a déjà séduit en 6 mois quelques 2 000 utilisateurs réguliers.


Même pas peur !

La solution respecte bien évidemment la protection des données des utilisateurs. En effet, ici aucune base biométrique n’est constituée et la technologie ne stocke pas les données. L’empreinte est uniquement présente dans le téléphone du client et c’est ce dernier qui communique directement avec le lecteur.

Un élément déterminant pour rassurer le consommateur. Surtout quand on sait qu’aujourd’hui 9 consommateurs sur 10 attendent avant tout qu’un moyen de paiement soit sûr et sécurisé (Voir notre étude Oney – Opinion Way sur le paiement en Europe sur oney.com).

Toujours en test, la technologie pourrait d’ailleurs s’étoffer au fil des mois de services financiers complémentaires, avant de s’étendre à l’ensemble du territoire.


En Chine, le métro se prend sans ticket !

Si en Europe, certains pays sont encore réticents à l’utilisation du smartphone ou des moyens biométriques, ce n’est pas le cas dans l’empire du milieu.

Depuis quelques années déjà, la reconnaissance faciale est utilisée pour remplacer la carte d’embarquement dans certains aéroports, pour régler certains de ses achats et même dernièrement pour prendre le métro.

La technologie est au point, ce sont maintenant aux mentalités d’évoluer, aidées sans doute en cela par la pédagogie et la réassurance des distributeurs et des acteurs bancaires.

Sources : Caixa, Oney