Un jour, faire ses comptes pourra rapporter gros.

Publié le 14/09/20

Bien sûr, on nous apprend à lire, compter, écrire, parler une autre langue… mais pas toujours  à gérer au mieux notre budget. Quels que soient notre situation, notre pays ou nos envies, c’est pourtant d’une nécessité absolue pour évoluer au mieux dans la vie. Heureusement, il n’est jamais trop tard. Des méthodes ancestrales aux dernières applis, vous pouvez compter sur #oneday pour vous en dire plus.

Comment faire pour bien gérer ses comptes ?

Voilà bien une question qui agite plus d’un ménage, surtout en fin de mois. Une étude récente nous apprenait d’ailleurs qu’un français sur quatre se retrouve régulièrement dans le rouge côté budget. La faute à qui ? Aux imprévus, peut-être, mais sans aucun doute aussi à un défaut d’éducation et de culture économique et financière. Qui nous apprend en effet aujourd’hui à distinguer dépenses d’investissement et dépenses de consommation ? A calculer des intérêts composés ? Un reste à vivre ? Ou encore simplement à nous repérer dans le monde de l’épargne ou des placements ? Évidemment pas grand monde… Pourtant des solutions existent.

Kakebo : la méthode japonaise pour gérer son budget (et épargner)

Ce nom ne vous dit peut-être rien. Pourtant la méthode Kakebo (ou Kakeibo – “livre de comptes” en japonais) est utilisée depuis plus d’une centaine d’années. Dès leur plus jeune âge, les enfants du pays du soleil levant reçoivent d’ailleurs ce type de livres, adaptés à leur âge, pour les familiariser au plus vite à la gestion d’un budget. Qu’est-ce qui rend le Kakebo unique ? Simple, au-delà d’un outil de gestion comptable ou de reporting, cette méthode privilégie avant tout l’épargne. Elle s’appuie pour cela sur un classement des dépenses en seulement 4 catégories (dépenses générales, plaisir, culture et extra). Après chaque achat, il convient de classer les dépenses dans chaque catégorie et surtout de faire le point à la fin de chaque mois : avec combien d’argent avez-vous terminé le mois ? Combien dépensez-vous vraiment ? Et surtout combien pourriez-vous économiser ? Le but étant de se définir des objectifs pour la réduction des dépenses et bien sûr pour la création d’une épargne. Une méthode facile à mettre en place et très accessible (on trouve facilement et gratuitement des tableaux Kakebo sur internet), mais qui réclame un peu d’investissement de temps et surtout de s’y tenir.

Quelles applis pour gérer au mieux son budget ?

Si remplir un tableau n’est pas votre truc, rassurez-vous : il y a des applis pour ça ! Portées par l’intelligence artificielle, elles sont en effet capables en analysant vos habitudes et les mouvements sur vos comptes de déterminer votre profil et de vous aider ainsi à mieux optimiser votre budget. C’est le cas notamment de BANKIN’. Lancée dès 2011, l’appli est la toute première en Europe à avoir reçu l’agrément de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution), en charge de surveiller l’activité des banques et des assurances. Elle permet déjà à près de 3 millions d’utilisateurs de suivre au mieux leurs dépenses, d’obtenir des prévisions sur leur solde et même de recevoir des propositions personnalisées sur telle ou telle opportunité de placement ou d’offres de crédit immobilier. Un véritable conseiller qui tient dans votre poche.

De la gestion à l’automatisation de l’épargne et du budget.

D’autres applis vous proposent en effet d’aller encore plus loin. C’est le cas par exemple de BRUNO. Cette “app du bien-être financier” comme elle se décrit, analyse au mieux vos dépenses, anticipe vos mouvements et dégage ainsi une capacité d’épargne. Chaque semaine, l’appli vous envoie alors un message et vous invite à mettre cette épargne sur un compte sur livret rémunéré à 1%, “le compte Bruno”. 60 000 utilisateurs ont déjà été conquis. Il leur en coûte 2,99€ par mois pour accéder à leur compte, leur tirelire, leur salaire, ainsi que déposer et retirer de l’argent sans frais. Après l’épargne responsable ou celle qui se constitue au fil de vos achats pour financer l’étude de vos enfants, place à la version automatisée, qui se crée sans même avoir besoin d’y penser !

Un consommateur éduqué est un consommateur responsable.

Si cette éducation se poursuit et s’étend, elle aura, sans aucun doute, un impact certain sur les habitudes de consommation et donc potentiellement sur les retailers. En effet, pourquoi demain se contenter d’afficher un prix d’achat ? Il faudra peut-être également exprimer le coût rapporté à la durée de vie du produit, à son nombre d’utilisations, à son coût de maintenance…

Mieux informé, le consommateur pourrait aussi être sensible à des données qui présentent des alternatives comme la location courte ou de longue durée. Il y a donc fort à parier que les enseignes qui sauront accompagner au mieux leurs clients dans leurs arbitrages financiers se forgeront une image de commerçant responsable.

L’essentiel

Maîtriser un budget, constituer une épargne, arbitrer des dépenses… cela s’apprend, malheureusement pas toujours assez tôt ! Heureusement, méthodes et applis fleurissent un peu partout. Objectif : rendre le consommateur plus autonome et surtout plus responsable. Ce qui aura forcément un impact sur sa consommation.

Crédit : iStock, Bankin, Hibruno, Operation Business