Un jour, l’humilité et la transparence seront légion pour les marques.

Publié le 12/04/19

Terminé les “nous sommes les meilleurs” place maintenant à “nous faisons de notre mieux”. Vérité, transparence et humilité seraient désormais les vertus cardinales des nouveaux entrepreneurs. Lucidité ? Stratégie ? Ou simple pression des consommateurs ? Oney décrypte pour vous la tendance.

Nobody’s perfect!

C’est en substance ce que revendique Veja, la marque française de baskets écologiques et issues du commerce équitable. Depuis son lancement en 2005, l’entreprise a fait de la responsabilité sociétale et environnementale son cheval de bataille.

Coton biologique, caoutchouc récolté par de petits producteurs, tannage végétal du cuir, refus de faire de la publicité… la marque se veut la plus vertueuse et engagée possible. Seulement voilà, entre le désir et la réalité, il y a parfois un gap.


Le droit d'avoir des limites

Le plus surprenant ce n’est pas tellement que la marque ait des limites… c’est qu’elle le dise et l’assume dans une volonté absolue de transparence. Sur son site internet, Veja consacre en effet une page entière à dresser la liste de ses “manquements” : des lacets pas encore en coton bio, faute de volume, aux pigments non naturels pour teindre cuir, coton et caoutchouc, en passant par le recyclage pas encore au point … tout est passé à la loupe et décortiqué.


La transparence, c'est tendance?

Dans un monde où l’on doute de tout et où tout finit par se savoir, jouer cartes sur table peut s’avérer être la meilleure option. D’ailleurs ce n’est pas pour rien si aujourd’hui, cette transparence est devenue le fondement même de nombreuses startups : The Honest Company, (spécialisée dans les produits pour enfants et la maison et fondée par l’actrice Jessica Alba) ou encore dans le domaine du prêt à porter, Everlane, l’utilisent déjà comme un puissant relais de confiance.


Coûts de production, frais de stockage… vous saurez tout !

Ainsi Beauty Pie, pure player dans le domaine de la beauté, n’hésite pas sur son site à détailler pour chacun de ses produits ce qu’elle nomme la transparence des prix, démontrant ainsi, chiffres à l’appui, ce que coûte réellement un produit… loin des standards habituels du monde du luxe.


Une obligation de transparence?

Sans doute. Selon l’un des derniers sondages mené par la société Label Insight, qui aide les consommateurs à mieux connaître les contenus des produits qu’ils consomment, 39 % des personnes interrogées seraient prêtes à abandonner leurs marques préférées au profit d’une autre plus transparente et 76% seraient même prêtes à payer plus cher pour une telle marque.

Alors obligation ou non, la transparence pourrait, dans les années à venir, devenir le critère de choix ou du moins de préférence n°1 pour le consommateur. Qu’on se le dise…

Crédit photo: Veja